Renault annonce l’électrification imminente de trois de ces modèles phares ; la Clio, la Mégane et la Captur. Les versions hybrides essence-électrique sont prévus pour 2020 et vont embarquer la technologie e-Tech.

Le constructeur annonce la nouvelle en marge de la présentation de la citadine électrique K-ZE. Ceci le premier Octobre, quelques jours avant le Salon de l’Auto 2018. Ce dernier se déroule actuellement à Paris (04 au 10 Octobre). Renault n’a pas donné beaucoup de détails, mais la Clio dans sa version électrique sera hybride classique. Aussi elle embarquera le mode de conduite semi-automatique. Les futures Mégane et Captur quant à elles, seront hybride essence-électrique à batteries rechargeables. Les trois modèles sont attendus pour 2020 et embarqueront la technologie e-Tech développée par le Technocentre.

Renault a déjà présenté au public en 2014 la technologie e-Tech. a déjà été présentée au public en 2014. Ceci à travers le concept Eolab PHEV. Elle se décline en deux versions hybride classique et hybride rechargeable. Aussi Cette technologie, développée par Renault, embarque néanmoins des éléments fournis par Nissan. En effet le moteur essence 1.6 litres, ainsi que le moteur électrique viennent tous les deux du constructeur japonais, La boite à vitesse quant à elle est conçue par la marque au losange.

Renault promet une autonomie entre 40 et 50 km sur les Mégane et Captur e-Tech Plug-in

Bien que le système soit encore en phase de développement, les responsables de l’hybride chez le constructeur français, annoncent une autonomie entre 40 et 50 km sur les futures Mégane et Captur e-Tech Plugin-in. Cette version va embarquer une batterie de 9.8 kWh. La Clio hybride classique quant à elle se dote d’une batterie de 1.2 kWh. Les futures hybrides semblent avoir des caractères similaires aux modèles hybrides actuels. Néanmoins Renault promet une capacité à rouler en électrique supérieure à ce qui existe actuellement sur le marché.

La forte demande du marché et les normes anti-pollution ont fait changer d’avis à Renault, qui était réticente à l’hybride

Renault a historiquement été peu attirée par l’hybride. En effet après avoir dévoilé son concept Eolab en 2014, le constructeur s’est pressé de déclarer son opposition à la commercialisation de cette technologie. Jugeant que son coût élevé n’est pas encore en phase avec sa gamme tarifaire. Mais il semble que les normes antipollution imposés par les gouvernements couplés à une forte demande du marché ont vite fait de changer d’avis à la direction. Après quoi l’alliance s’est lancée dans une gamme 100% électrique, grâce à laquelle elle s’est placée en tête des ventes des véhicules propres en Europe pendant 4 ans. Renault s’est sûrement rendu compte qu’elle n’a d’autre choix que de se mettre à l’électrique et puis comme dit le dicton français « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ».

Article à lire également : Renault va investir un milliard d’euros dans les véhicules électriques d’ici 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *