Renault l’a annoncé dans un communiqué. Le constructeur français décide d’accélérer la cadence en matière de véhicules propres. En effet ce dernier compte investir un milliard d’euros dans ses usines en France. Ceci pour développer la production des véhicules électriques.

Cette décision a été dévoilée la veille de l’assemblée générale des actionnaires, qui a eu lieu le vendredi 15 juin dernier. Elle s’intègre dans le plan stratégique « Drive the Future » de Renault. Ce dernier se prolonge jusqu’en 2022. Voici une nouvelle qui devrait rassurer les employés des quatre usines françaises concernées par ce plan d’investissement. A ce propos le constructeur déclare vouloir faire de la France « un pôle d’excellence du véhicule électrique de Renault dans l’alliance ».

Le nouveau plan d’investissement de Renault bénéficiera à quatre usines françaises

Le premier site à qui profitera ses investissements est celui de Douai (Nord). Ce site qui assemble actuellement l’Espace, la Talisman et le Scenic, devrait désormais assembler deux autres véhicules. Ce site ce veut le lieu de l’industrialisation de la nouvelle plate-forme électrique de l’alliance Renault-Nissan-Mistsubishi. En effet bien que Nissan et Renault, toutes deux membre de la même alliance et leaders du segment des véhicules propres grâce à la Renault Zoe et à la Nissan Leaf, ils continuent à produire leurs véhicules à partir d’équipements et de plate-forme distincts. Avec ce nouvel investissement le site de Douai deviendra le deuxième site d’assemblage Renault des véhicules électriques après celui de Flins dans les Yvelines.

L’usine de Flins va doubler sa capacité de production

L’usine de Flins dans les Yvelines est la deuxième usine Renault concernée par le communiqué. Cette dernière compte rapidement augmenter ces capacités de production de la Renault Zoe pour atteindre les 70.000 unités. En effet ceci s’inscrit dans le cadre de l’objectif de Renault d’augmenter progressivement la production de la Renault Zoé pour atteindre 120.000 véhicules d’ici 2022 contre 60.000 en 2018.

Pour pouvoir suivre l’accroissement de la production des véhicules électriques, l’usine de Cléon en Seine-Maritime va tripler ces capacités de production. Ainsi la production de moteurs électriques va passer de 80.000 unités en 2017 à 240.000 en 2022. Le plus drôle dans l’histoire est que le site de Cléon était historiquement spécialisé dans les moteurs diesel !! Pour rappel les moteurs électriques équipent la Zoe, les utilitaires Kangoo et Master ainsi que la Smart. Par ailleurs Renault prévoie également de développer sur le site, une nouvelle génération de son moteur électrique. Ceci à compter de 2021.

Dernière usine concernée par les investissements est celle de Maibeuge dans le nord de la France. Cette dernière qui assemble déjà la Kangoo électrique, devra assembler la nouvelle génération de cette dernière ; la Kangoo Z-E.

Renault prévoit de recruter 5000 personnes

Afin d’accompagner cet accroissement de production des véhicules électriques, Renault compte également recruter 5000 collaborateurs sur la période 2017-2019. Aussi pour pouvoir s’adapter aux nouvelles mutations du monde automobile et suivre les évolutions technologiques, le constructeur prévoit un important plan de formation. Que de bonnes nouvelles pour les salariés et les syndicats français qui y voient un signe positif pour l’avenir de l’industrie automobile. De son côté le Président-directeur général de Renault, Carlos Ghosn a déclaré « L’accélération de nos investissements en France pour le véhicule électrique va permettre d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de nos sites industriels français ».

3 thoughts on “Renault va investir un milliard d’euros dans les véhicules électriques d’ici 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *